© yann peucat | Vue de l'exposition Les possibles au Grand Cordel, Rennes.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Les possibles | 2010
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Aluminium & Dibond laqués, plexiglas, filtres & films optiques, tubes fluorescents, moteur.
400 x 200 cm. / 300 x 20 cm.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Projet produit par le groupe Self Signal, dans le cadre de :
Ce qui vient - Les Ateliers de Rennes - Biennale d'Art Contemporain 2010.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Exposition au Grand Cordel - Rennes, du 30 avril au 9 juillet 2010.
------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Si l'avenir est toujours en mouvement, ses potentialités sont entièrement contenues dans l'instant présent, nous plaçant en permanence au seuil d'un choix qui conditionnera ce devenir...

Conçu spécialement pour l'espace d'exposition, ce projet entend être une spéculation au sens littéral du terme, nous présentant une image-miroir de la réalité, au sein de laquelle se donneraient à voir la coexistence et la fluctuation de ces possibles, sous la forme d'une diffraction de la lumière blanche en ses multiples composantes colorées, à la manière d'un prisme ou d'un arc-en-ciel révélant le spectre solaire.

L'instant présent, envisagé comme interface entre ce qui est et ce qui vient, s'incarne en une large surface noire, renvoyant dans sa rotation sur 360° l'image spéculaire de l'environnement immédiat. Une sorte de radar scannant l'espace à la recherche des signes de ce qui pourrait être.

Au sein de l'espace virtuel engendré par ce reflet, telle une vision provoquée par ces miroirs noirs utilisés pour la divination, se révèle l'image changeante d'un futur possible, extraite de la somme des potentialités en présence.

Chacun peut alors choisir de se mettre en mouvement, en suivant ou non la course du miroir, ou bien demeurer passif. Tout positionnement par rapport au dispositif détermine la sélection, parmi une infinité de combinaisons possibles, d'un cycle lumineux qui ne correspond qu'à ce point de vue précis.
Tout déplacement offre donc la possibilité d'agir sur notre propre vision, sur ce scénario qui serait pour nous déterminé...

à lire :
les ateliers de rennes catalogue Ce qui vient aux éditions Les Presses du réel :